- RESISTANTS et AMIS de la RESISTANCE - ANACR - FINISTERE

Lundi 27 juin 2022 - QUIMPER HOMMAGE à Robert LOUSSOUARN - Porte-Drapeau de l’ANACR 29 « Cher Robert, Pendant 10 années tu as été avec une grande fidélité, courage, ténacité, le porte-drapeau départemental de notre Association des Anciens Combattants de la Résistance du Finistère (ANACR 29). Chaque dernier dimanche d’avril, en Hommage aux déportés-es morts dans les camps nazis, chaque 8 mai Jour de la Victoire sur l’Allemagne nazie, chaque 15 mai à la cérémonie du Maquis de Penarpont-Châteaulin ,chaque 27 mai Journée Nationale de la Résistance mais également Journée du Souvenir de la Création du Conseil National de la Résistance avec son programme progressiste ce 27 mai 1943, chaque 18 juin en mémoire de l’Appel historique lancé par le Général de Gaulle à la BBC le 18 juin 1940, chaque 14 juillet en mémoire des combats de Quillien – Tourc’h et Kernabat – Scaër le 14 et 15 juillet 1944, chaque 11 novembre en mémoire de l’armistice signé le 11 novembre 1918 mettant fin à la première guerre mondiale, tragédie qui durera 4 longues années ; tu portais haut et fièrement notre drapeau aux couleurs de la République, aux couleurs de la France, ce drapeau des Héroïques résistants-es du Finistère. Honneur à toi Robert et merci ! Seule ta maladie t’a empêché de poursuivre ta mission ; ce drapeau entouré de tous tes chers camarades Porte-Drapeaux, de tous tes amis de l’ANACR départementale. Cher Robert, repose en paix ; ton souvenir ne nous quittera jamais. Nous présentons à toute ta famille nos sincères condoléances attristées ; votre peine est la nôtre ». Anne FRIANT-MENDRES Présidente de l’ANACR Départementale du Finistère, Vice-Présidente du Comité National de l’ANACR.


Fusillés de 6 août 1944 : cérémonie pour ne pas oublier
Stacks Image 5
Samedi 6 août 2016, devant le monument qui leur est dédié, le long du mur de l'ancienne école maternelle, s'est déroulée la cérémonie du souvenir en mémoire des otages fusillés par les nazis le 6 août 1944. Un moment d'émotion, dans la sobriété et le recueillement, avant le dépôt d'une gerbe par deux femmes membres de familles touchées par cette horreur. De même, la délégation d'une trentaine de personnes, élus, anciens combattants, familles et sympathisants, est allée au cimetière sur la tombe de victimes brestoises n'ayant plus de famille.
Le maire, Roger Mellouët, dans sa courte intervention, a rappelé, avant une minute de silence, l'atrocité de cette barbarie :
« Nous ne devons jamais oublier de tels actes, des victimes civiles, prises en otage par représailles, sont tombées sous les balles des nazis, de façon brutale et injuste. Les attentats qui plombent notre pays nous ramènent, hélas, à cette histoire et cette violence qui fauche des innocents. »
À Quimerc'h, ce 6 août 1944, l'occupant nazi, harcelé par la résistance et les alliés, sous les tirs au Pont Neuf, s'arrête au bourg et prend des otages civils au hasard. Quatorze sont ainsi massacrés, âgés de 17 à 71 ans, contre le mur de l'école. Un acte de barbarie sauvage comme de nombreux villages l'ont connu durant cette période. Chaque année, devant la stèle, où figurent d'autres victimes du conflit (des déportés, notamment), ce recueillement est un respect immuable à ces gens assassinés.
« Pour ne pas oublier et défendre notre liberté, surtout en cette période perturbée par le terrorisme, confient les anciens combattants. »

Made in RapidWeaver