- RESISTANTS et AMIS de la RESISTANCE - ANACR - FINISTERE

Lundi 27 juin 2022 - QUIMPER HOMMAGE à Robert LOUSSOUARN - Porte-Drapeau de l’ANACR 29 « Cher Robert, Pendant 10 années tu as été avec une grande fidélité, courage, ténacité, le porte-drapeau départemental de notre Association des Anciens Combattants de la Résistance du Finistère (ANACR 29). Chaque dernier dimanche d’avril, en Hommage aux déportés-es morts dans les camps nazis, chaque 8 mai Jour de la Victoire sur l’Allemagne nazie, chaque 15 mai à la cérémonie du Maquis de Penarpont-Châteaulin ,chaque 27 mai Journée Nationale de la Résistance mais également Journée du Souvenir de la Création du Conseil National de la Résistance avec son programme progressiste ce 27 mai 1943, chaque 18 juin en mémoire de l’Appel historique lancé par le Général de Gaulle à la BBC le 18 juin 1940, chaque 14 juillet en mémoire des combats de Quillien – Tourc’h et Kernabat – Scaër le 14 et 15 juillet 1944, chaque 11 novembre en mémoire de l’armistice signé le 11 novembre 1918 mettant fin à la première guerre mondiale, tragédie qui durera 4 longues années ; tu portais haut et fièrement notre drapeau aux couleurs de la République, aux couleurs de la France, ce drapeau des Héroïques résistants-es du Finistère. Honneur à toi Robert et merci ! Seule ta maladie t’a empêché de poursuivre ta mission ; ce drapeau entouré de tous tes chers camarades Porte-Drapeaux, de tous tes amis de l’ANACR départementale. Cher Robert, repose en paix ; ton souvenir ne nous quittera jamais. Nous présentons à toute ta famille nos sincères condoléances attristées ; votre peine est la nôtre ». Anne FRIANT-MENDRES Présidente de l’ANACR Départementale du Finistère, Vice-Présidente du Comité National de l’ANACR.


«La vie comme la vie».
La mémoire de la famille Perper
La vie comme la vie

Samedi 28 avril 2012 à 20h30
Théâtre documentaire
Compagnie O Well Belle
Texte et interprétation : Julien Simon et Gilles Ronsin.
Vidéo : Marie Dault
Son : Marek Havlicek
Lumière et vidéo : Julienne Havlicek Rochereau.
« La Vie comme la Vie » évoque le destin tragique d’une famille juive originaire de Bessarabie, aujourd’hui en Ukraine. En 1935, le docteur Perper s’installe à Brasparts (Finistère). A l’automne 1942, le couple et les trois jeunes enfants sont arrêtés par les gendarmes français. Ils seront exterminés en 1943, dans le camp de Sobibor.
Après une longue enquête : témoignages, récits, fictions, inventaires, ...un dispositif théâtral est né où voix et images se répondent par un processus de correspondances et d’échos qui laissent se faufiler de troublantes présences. Ce spectacle bouleversant nous raconte simplement cette tragédie. Cet acte de mémoire est aussi un travail sur l’absence.
Tarif normal : 8 € / Tarif réduit : 5 €
Durée : 1h20
Séance scolaire : Jeudi 26 avril 2012 à 14h






Julien Simon présente la seule photo connue de la famille Perper.
Photo Claude Prigent


Finistère
«La vie comme la vie». La mémoire de la famille Perper
20 novembre 2010

«La vie comme la vie» n'est pas un
spectacle, même si l'oeuvre de la Cie 0, Well Belle, utilise les langages du théâtre, du son et de la vidéo. Elle est le résultat d'une enquête menée pendant deux ans par l'auteur-comédien Julien Simon et la vidéaste MarieDault. Jean Rochereau, autre auteur-comédien, a également apporté sa pierre à cet acte de mémoire. «Nous avons voulu dresser un portrait en absence de la famille Perper», explique le Trégorrois Julien Simon. Originaire de Bessarabie (actuelle Ukraine), juif, IhilPerper s'est installé à Brasparts en 1935 pour y exercer son métier de médecin. Sa femme, Sonia, pharmacienne, et leur fille Rosine, trois ans à l'époque, l'ont suivi dans les monts d'Arrée. La famille s'est agrandie avec les naissances d'Odette en 1937 et de Paul en 1942. Toujours en 1942, des gendarmes français ont arrêté les cinq Perper à Plounéour-Ménez, où ils habitaient alors. Transférés à Drancy, ils ont été ensuite déportés et exterminés à Sobibor, en Pologne. «La vie comme la vie» vise à les «ramener dans l'humanité», dit avec émotion Julien Simon. C'est pour cela qu'avec Marie Dault, ils ont filmé leurs lieux de vie et collecté leurs traces qui pouvaient encore subsister. Des habitants des monts d'Arrée les ont aidés dans leur tâche, en rapportant récits et souvenirs. «Toutes ces bribes, ces lambeaux sont des petits morceaux de tissu que nous tentons de coudre, confie Julien Simon. Sans jugement, pour combler un déni de mémoire». Pratique Représentations aujourd'hui à 21h à la salle des fêtes de Plounéour-Ménez, demain à 17h à la salle des fêtes de Brasparts, mardi23 à la salle des fêtes de Langoat (22). 5 EUR. Tél.02.97.23.83.83.
  • Frédéric Jambon

Made in RapidWeaver