- RESISTANTS et AMIS de la RESISTANCE - ANACR - FINISTERE

Lundi 27 juin 2022 - QUIMPER HOMMAGE à Robert LOUSSOUARN - Porte-Drapeau de l’ANACR 29 « Cher Robert, Pendant 10 années tu as été avec une grande fidélité, courage, ténacité, le porte-drapeau départemental de notre Association des Anciens Combattants de la Résistance du Finistère (ANACR 29). Chaque dernier dimanche d’avril, en Hommage aux déportés-es morts dans les camps nazis, chaque 8 mai Jour de la Victoire sur l’Allemagne nazie, chaque 15 mai à la cérémonie du Maquis de Penarpont-Châteaulin ,chaque 27 mai Journée Nationale de la Résistance mais également Journée du Souvenir de la Création du Conseil National de la Résistance avec son programme progressiste ce 27 mai 1943, chaque 18 juin en mémoire de l’Appel historique lancé par le Général de Gaulle à la BBC le 18 juin 1940, chaque 14 juillet en mémoire des combats de Quillien – Tourc’h et Kernabat – Scaër le 14 et 15 juillet 1944, chaque 11 novembre en mémoire de l’armistice signé le 11 novembre 1918 mettant fin à la première guerre mondiale, tragédie qui durera 4 longues années ; tu portais haut et fièrement notre drapeau aux couleurs de la République, aux couleurs de la France, ce drapeau des Héroïques résistants-es du Finistère. Honneur à toi Robert et merci ! Seule ta maladie t’a empêché de poursuivre ta mission ; ce drapeau entouré de tous tes chers camarades Porte-Drapeaux, de tous tes amis de l’ANACR départementale. Cher Robert, repose en paix ; ton souvenir ne nous quittera jamais. Nous présentons à toute ta famille nos sincères condoléances attristées ; votre peine est la nôtre ». Anne FRIANT-MENDRES Présidente de l’ANACR Départementale du Finistère, Vice-Présidente du Comité National de l’ANACR.


Prosper Quéméner - FTP fusillé à 21 ans le 23 juin 1944.
Stacks Image 11
Biographies
de Gaston Baillot.

un des hommages parus dans le Travailleur Bigouden


YVES BERNARD


Figure bien connue de la résistance bigoudène, Yves Bernard, né le 8 octobre 1924 à Pont-L’Abbé, a 14 ans lorsqu’éclate la guerre en 1939. En 1941, à 16 ans, suivant l’exemple de son frère Jean, il entre dans les FTPF (Francs Tireurs et Partisans Français) en même temps qu’il adhère aux Jeunesses Communistes.
Le 28 octobre 1942, il est arrêté en plein cours de chimie à l’EPS de Pont-L ‘ Abbé, par la police de Vichy. Il a 17 ans.
Il connaîtra successivement les prisons de Mesgloaguen à Quimper. puis de Montfortsur-Meu près de Rennes. Jugé le 21 janvier 1943 avec 25 de ses compagnons de la région de Pont-L’Abbé et de Concarneau, il est condamné à un an de prison. Il connaît successivement les prisons d’Angers (3 mois) et Baugé (9 mois) dans le Maine et Loire.
Le 21 janvier 1944, la police de Vichy le livre aux Allemands qui le transfèrent d’abord à Compiègne, puis au sinistre camp de Buchenwald (fin janvier 44).
Le 18 février 1944 il est transféré au camp de Doraqui, entre autres, préparait les V2. L’effectif du camp s’élevait, à cette époque, à 8000 détenus et le rythme des décès y était de 300 par jour.
Ainsi, comme des milliers de compagnons de déportation, Yves fut brutalement plongé dans un monde dantesque, soumis à la loi des tortionnaires SS, aux interminables appels, au travail épuisant, guetté à chaque instant par la mort, tout cet univers concentrationnaire que d’aucuns qualifient aujourd’hui de «détail de l’histoire ».
4 janvier 45 : Les tortionnaires nazis procèdent à l’évacuation par la « route de la mort » vers le camp de Ravensbruck.
15avril 45 : à l’approche des armées de libération (à l’Ouest, les Américains, à l’Est, les Soviétiques), les nazis évacuent Ravensbruck. Yves fait partie de la colonne qui s’achemine à pied vers le port de Lübeck pour y être exterminés. Le 1er mai 1945, Yves s’enfuit de la colonne (ou de ce qu’il en reste). Il se cache et est libéré dans la nuit du 3 au 4 mai 45 par les Soviétiques.
Commence alors le rapatriement : camp de Lunebourg en camion; puis train de voyageurs jusqu’à Valenciennes. Le 23 mai, via la Belgique il arrive à Paris où il retrouve son frère Jean – d’un an son aîné – libéré, lui aussi de Buchenwald. 25 mai 45: enfin Pont-L’Abbé : Yves a 21 ans !
Malgré toutes les souffrances endurées, Yves choisit de continuer la lutte : au PCF bien sûr, mais aussi à la CGT à laquelle il adhère et où il milite activement, d’abord comme employé de marée, à Douarnenez, puis dans les PTT où il entre en 1949.
Depuis 1983, Yves préside le Comité de Pont-L’Abbé de l’ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance). Yves est décédé le 13 juin 1990.
« Le Travailleur bigouden » N°139 ( 3e trimestre 1990

Téléchargement du dossier de Gaston Baillot.