- RESISTANTS et AMIS de la RESISTANCE - ANACR - FINISTERE


Stacks Image 45


Cérémonie 2021 de LAMPRAT






Mis en ligne sur le site le 7 juin 2021
Stacks Image 60


Michel Bouguennec porte le drapeau ANACR de Carhaix

Stacks Image 62


LAMPRAT

Stacks Image 79
Source : ANACR du FINISTÈRE

Résistants et Ami(e)s de la Résistance
ANACR du Finistère

Anne Friant-Mendrès « Si l’écho de leurs voix faiblit, nous périrons. »Paul Eluard.

Lamprat le 6 juin 2021

Aux jeunes Résistants Martyrs de Lamprat et Moulin-Meur

Hommage des Résistants et Ami(e)s de la Résistance du Finistère aux jeunes Résistants Martyrs tombés de Lamprat et Moulin-Meur jusqu'à Saint Caradec les 8 et 9 juin 1944,

Il y a 77 ans aujourd’hui, le 6 juin 1944, c’était un mardi, commençait la première étape de l’opération Overlord, le débarquement des Alliés en Normandie.
L’objectif, ouvrir un front à l’Ouest, mettre en place une nouvelle tête de pont, permettre un accès rapide au coeur de l’Allemagne nazie.
A l’Est au même moment, assurés de n’être plus seuls, nos alliés soviétiques lancent l’opération Bagration sur 1000km de front.
Au sud, en mai, les Alliés ont remporté la bataille de Monte Cassino, ouvrant la route vers Rome.
En ce mois de juin 1944, l’Allemagne doit faire face à une vaste offensive alliée coordonnée.
L’espoir, la victoire change enfin de camp !
En France, si le régime pétainiste mis en place le 10 juillet 1940 souhaite la victoire de l’Allemagne et y collabore activement, l’armée de l’ombre se prépare au combat, se prépare à prendre toute sa place dans la libération du pays.
Des centaines de messages échangés avec Radio-Londres ont préparé le succès du débarquement.
-détruire les installations ferroviaires plan vert
-saboter les infrastructures routières, les ponts plan tortue
-couper les lignes téléphoniques plan violet
Enfin, tout ce qui peut ralentir, empêcher la marche des troupes allemandes vers la Normandie.
L’armée de l’ombre met ces plans à exécution et la jeunesse de notre pays se prépare au combat.
Depuis 4 ans, depuis le 19 juin 1940, la Bretagne est militairement occupée, soumise à une idéologie criminelle, soumise à la collaboration, ses sont richesses pillées, sa jeunesse est menacée d’être déportée au service du travail obligatoire.
L’espoir est enfin là ce 6 juin 1944.
-Espoir en ce débarquement tant attendu
-Espoir en ces armes qui vont permettre à la Résistance Française, unifiée par Jean Moulin depuis le 27 mai 1943 au sein du Conseil National de la Résistance, de sortir de l’ombre et de libérer le Pays.
-Espoir, car partout, sur tous les fronts, en cette cinquième année de la Seconde Guerre Mondiale, les combats font rage.

-Douleur aussi. Du sang et des larmes.
La bête immonde, elle qui promettait à la prétendue race des Seigneurs un Reich qui devait durer 1000 ans et dominer toute l’Europe continentale, est aux abois. Elle tue, torture, massacre, brûle.
Rien ne doit l’entraver.
Ce même 6 juin, 87 Résistants de 18 à 66 ans sont fusillés à la prison de Caen. Il ne faut pas qu’ils rejoignent la Résistance.
Le 9 juin, c’est le massacre de Tulle, 99 hommes de 16 à 60 ans sont pendus.
Le 10 juin, c’est le massacre d’Oradour-sur-Glane. 642 habitants assassinés.
C’est l’effroi.
Une traînée de feu, de sang et de larmes va marquer de rouge le piège que devient la Bretagne pour ces armées ennemies empêchées par les Combattants de l'Ombre de rejoindre la Normandie. Pas de prisonnier.
Les blessés sont martyrisés et achevés. Les fermes sont incendiées, ceux qui se trouvent là sont abattus.
Ici, les 8 et 9 juin 44, comme à Tulle le 9 juin, comme à Oradour le 10 juin, les troupes nazies, formées à la haine et au meurtre, torturent et tuent notre jeunesse.
«  une armée qui tue ce que nous avons de plus beau,
L'espoir, la nostalgie, La liberté et les enfants. »Nazim Hikmet, poète turc
Cette jeunesse magnifique, sans arme, mal nourrie, mal vêtue, sans abri, promise à l'esclavage en Allemagne, pourchassée jour et nuit, se lève et se prépare au combat inégal qui l'attend.
Et l’on ignore encore toute l’étendue des crimes nazis, commis là-bas, à l'Est. Ils seront découverts en 45.


Ces jeunes Résistants ne virent pas la victoire, mais c’est à eux et à leurs frères de combat que la Bretagne devait d’être libérée pratiquement par elle même.
«  20 000 va-nu-pieds à l’armement hétéroclite mirent en fuite 6 divisions allemandes, soit 100 000 hommes puissamment armés. »
Ainsi parlait le 9 septembre 1944, au pied du Ménez-Hom le colonel Eon, Commandant des Forces Françaises de Bretagne.
Hommage et Reconnaissance à vous, jeunes Résistants, vous qui étiez pleins de courage, pleins d’espoir en la victoire. Vous avez été à l’heure la plus sombre de notre histoire l’honneur de notre pays.
Hommage et Reconnaissance à vous qui payèrent «  si cher le droit d'être homme » ( Pierre Emmanuel), à vous qui avez porté au plus haut ces mots magnifiques qui fondent notre République et la rendent universelle, Liberté, Egalité, Fraternité.
Aujourd’hui notre pensée va vers vous, vers ceux auxquels vous avez tant manqué, à vos famille, à vos amis. Nous savons leur douleur.
A nous aussi vous nous manquez à jamais.

Trouvons dans leur mémoire la force de garder intacte notre colère, face à tous les retours possibles de cette barbarie.
Gardons-nous de toute idéologie de haine, de racisme, de xénophobie.
N'oublions jamais, et soyons dignes d’eux.
« Nous avons aimé nos héros, nos martyrs,
Nous les nommons nos seuls juges.
Ils sont à la grandeur des plus hauts rêves de demain. » Paul Eluard

Anne Friant-Mendrès