Stacks Image 7370
Marcel Hubert
Stacks Image 7366


Beaucoup le nommaient « Tonton Marcel ». Marcel Hubert vient de nous quitter dans sa 92e année. Homme, époux, père et militant à la fois : « Il était là où il y avait des valeurs à défendre, qu'elles soient républicaines, laïques, de solidarité, de justice sociale, d'éducation », raconte Jeanne Divanach, sa nièce. Il était profondément attaché à sa commune de Pont-Croix et « à ses gens ».

Il aura fait son dernier vote de citoyen le dimanche 23 mars. « Résister doit toujours se conjuguer au présent », a dit Lucie Aubrac, il en avait fait sa maxime. Marcel est né le 19 mai 1922 à Pont-Croix. Durant la guerre 39-45, il sera « réfractaire » et entre dans la Résistance. Il rejoint volontairement « les Forces Françaises de l'Intérieur » jusqu'en 1944.

Une vie au service de la commune

Au 1er janvier 1957, il intègre le poste de secrétaire de mairie. Il remplace ainsi son frère accidentellement décédé le 11 novembre précédent. Il y restera, d'abord comme secrétaire de mairie « stagiaire », puis dès 1963 en tant que secrétaire général, jusqu'à son départ en retraite le 1er juillet 1982.

Il a également été secrétaire du premier Comité d'Action Laïque du Cap-Sizun en 1955 et 1956. « Il ne ménagera pas ses efforts pour que des travaux soient réalisés dans les écoles publiques ».

Il sera membre fondateur du Patronage laïque de Pont-Croix, créé le 22 février 1954, dont le but consistait au développement de l'Éducation populaire sous toutes ses formes : sportives, culturelles, artistiques.

Décoré des Palmes académiques dans les années 1975, il est nommé par l'Inspecteur d'académie, le 4 décembre 1989, délégué départemental de l'éducation nationale (DDEN). Passionné d'archéologie, il a suivi dans les années 1975, les travaux des Pr Sanquer et Galliou sur le site de Kervenennec et a accompagné les recherches de son ami Roger Gargadennec sur le patrimoine pontécrucien. Il aimait à dire : « N'oubliez pas, mais ne soyez pas nostalgiques ».

Et, il y a aussi une autre cause à défendre : la sécurité du territoire. Il s'engage alors auprès du groupe des pompiers volontaires et sera chef du centre de secours. Il aimait la musique et a fait partie de plusieurs groupes : Mouez Port Rhu, Ar-Ma Topic et Bigoud musette.

L'enterrement civil aura lieu aujourd'hui, à 14 h 30, au cimetière de Pont-Croix.