Décès de LOUIS CORTOT
Chers Amis,

Jean-Louis Cortot, Compagnon de la Libération est décédé.
Il ne manquait pas une des cérémonies que nous organisions au Mont Valérien.
Une grande figure de la Résistance vient de disparaitre.
Nous vous appelons à venir nombreux pour lui rendre hommage.
Le président, Georges Duffau-Epstein

 

***


 
Madeleine CORTOT, son épouse Michèle et Denis BOYER, Jean-Louis CORTOT, ses enfants Ses petits-enfants et arrière-petits-enfants Sa famille et ses amis,
ont la tristesse de vous faire part du décès de

Louis CORTOT


Grand officier de la Légion d’honneur, Compagnon de la Libération, Croix de guerre 39-45, Croix du combattant volontaire de la Résistance,


survenu le dimanche 5 mars 2017, dans sa quatre-vingt-douzième année.
Les honneurs militaires lui seront rendus le vendredi 10 mars 2017, à 11 heures, dans la cour d’honneur de l’Hôtel national des Invalides, Paris 7e, entrée par l’esplanade des Invalides.
Les obsèques seront ensuite célébrées dans l’intimité familiale. Ni fleurs ni couronnes.
19 rue du Surmelin, 75020 Paris

A.N.A.C.R.
79, rue Saint-Blaise
75020 PARIS
Paris, le 6 mars 2017




Aux membres du Bureau National
Aux membres du Conseil National
Aux Comités départementaux





Cher(e)s Ami(e)s et Camarades

C’est avec une très profonde tristesse, avec une peine immense, que nous devons vous faire part de la disparition de notre ami, de notre camarade, de notre président Louis Cortot, décédé dimanche matin 5 mars à l’hôpital des Armées Begin.

Louis, Compagnon de la Libération, Grand Officier de la Légion d’Honneur, était, chacun a pu s’en rendre compte, un homme d’une grande modestie, d’une grande simplicité, chaleureux, d’un dévouement à l’ANACR à la mesure de celui qui fut le sien dès qu’à 16 ans il s’engagea début 1941 dans la Résistance, dont jusqu’à ses derniers jours il fut un défenseur de la mémoire, un combattant pour ses valeurs, son représentant emblématique en premier lieu auprès des jeunes générations.

Un ami, un camarade, un Résistant éminent, un Grand Monsieur, n’est plus, la perte pour nous tous, pour l’ANACR, est immense, nous aurons à lui rester fidèles en poursuivant son combat, en ayant présent à l’esprit son exemple.

Nous vous communiquerons dès que possible les informations concernant l’hommage qui lui sera rendu.

Amicalement, fraternellement à toutes et tous.


Pierre Martin, Jacques Varin