Décès d'Hervé CLOAREC, résistant FTP - Compagnie Bir-Hakeim

Stacks Image 9
Stacks Image 17
Hervé CLOAREC est né le 1 avril 1921 à Plonévez- du-Faou. Habitant au lieu-dit « St Herbot » entre Loqueffret et Plonévez-du-Faou, il a reçut une convocation pour partir en Allemagne (STO). Ayant entendu l’appel du Général de Gaulle, le 18 juin 1940, il n’avait d’autres  choix que de rentrer dans la clandestinité avec d’autres jeunes de sa connaissance. Des réunions se tenaient près de chez lui dans la forêt de Rusquec et deux personnes, déjà engagées dans la compagnie FTPF Bir-Hakeim, lui ont donné la marche à suivre. Il avait 22 ans.
              
Son parcours de clandestin a débuté à ce moment ; être disponible 24 heures sur 24, être discret pour ne pas attirer l’attention des allemands, de la milice ou des collaborateurs. Il a participé, alors qu’il n’avait comme arme qu’un pistolet non chargé de la 1
ère guerre 14-18, a des sabotages de pylônes électriques alimentant le lieu de chargement des batteries des sous-marins allemands dans la centrale voisine. Cette usine hydro-électrique se trouvait sur la commune de Locquéfret au lieu-dit « Cascade de St Herbot », rivière Ellez.

             La solidarité paysanne permettait aux maquisards de se nourrir. Leurs déplacements en vélo par équipe de quatre leur  assuraient une relative autonomie lors des  missions de repérage, de sabotages. Mais un jour, le 2 juillet 44,  ils ont été  surpris par des militaires allemands. Un seul d’entre-eux portait une arme : un pistolet. Il a été immédiatement abattu. Le groupe a été conduit  à la Kommandantur de Châteaulin pour être interrogé. Ils ont connu les sinistres méthodes d’interrogatoire. Hervé en a gardé des séquelles encore aujourd’hui mais aucun d’eux n’a parlé.


             Hervé a été  condamné à mort ; sa famille a été contactée pour que lui soit apporté des vêtements  propres. La saleté, le sang collaient aux plaies et il a été difficile d’arracher ses effets souillés. Il a connu la prison St Charles où les prisonniers  étaient enfermés très à l’étroit, à six par cellule. Les coups de matraques pleuvaient sans raison lorsqu’ils faisaient appel  aux  geôliers. La Croix-Rouge l’a sauvé en le retirant d’un service hospitalier où il était soigné pour des graves complications. Il a pu retrouver les siens à la ferme et reprendre une vie normale.


          Dix jours après, il reprenait les armes pour libérer la poche de Lorient où allemands et américains se combattaient férocement. Les régiments de maquisards participaient à cette offensive avec l’armement fourni par l’armée américaine.

 
         Les allemands ont capitulé ; Hervé et ses camarades ont continué les  combats de libération de la Bretagne. Sa participation a été homologuée de juillet 43 à fin août 44. Il a été renvoyé dans ses foyers en octobre 44.

        «  J’ai ensuite rejoint Paris pour travailler dans les transports ».
 
       La Légion d’Honneur lui a été remise en avril  2015, soixante dix ans plus tard.


        Hervé a gardé des contacts étroits avec ses camarades de la Résistance et ils  pouvaient ainsi évoquer leurs camarades disparus. Certains résistants ont pu délivrer le message du Conseil National de la Résistance à  la jeunesse, invités par les enseignants lors de la préparation du Concours Départemental de la Déportation et de la Résistance.


         Personnellement,  étant de par son métier sur les routes de France, Hervé n’a pas eu cette occasion,  mais sa porte reste  toujours ouverte pour accompagner les devoirs des élèves des collèges du Finistère où il habite depuis sa retraite.


Hervé nous a reçus en mars 2015, Yves Quéré et moi, chez lui à Guipavas où il nous a longuement raconté cette période de sa vie de résistant. Un film que nous avons réalisé avec lui conservera sa mémoire avec ses camarades de combat, son arrestation 

Yves MAZO
Stacks Image 11
Stacks Image 13
Stacks Image 15
Stacks Image 19
Stacks Image 7