Stacks Image 45


Étienne Pengam
Résistant du réseau Centurie

Mis en ligne le 3 septembre 2019
Stacks Image 58
Disparition. Le dernier résistant de Lesneven n’est plus

LE TELEGRAMME
Publié le 02 septembre 2019
Stacks Image 11
Étienne Pengam n’avait pas manqué de participer au 75e anniversaire de la libération de Lesneven, le mois dernier, et était ému d’entendre la foule lors du défilé dans la commune.

Figure de Lesneven, Étienne Pengam vient de décéder, à l’âge de 95 ans. C’était le dernier résistant de la commune, et il n’était pas avare d’anecdotes, que se rappellent avec émotion les habitants qui ont eu la chance de le rencontrer… Les obsèques de celui qui fut notamment aussi conseiller municipal, durant un mandat, seront célébrées ce mercredi.

Né en octobre 1923, Étienne Pengam s’est éteint dans la nuit de dimanche à lundi. Âgé de 95 ans, il était le dernier résistant de Lesneven. Issu d’une fratrie de douze enfants, il s’était engagé dans les Forces françaises de l’intérieur (FFI) en 1943, tout comme trois de ses frères, Vincent, Yves et Joseph.

Un homme de l’ombre

Étienne n’avait pas encore 17 ans quand il avait été le témoin du crash de l’avion australien Walrus, le 18 juin 1940, à Kerbiquet, en Ploudaniel. Avion qui venait chercher Mme De Gaulle et ses enfants, en résidence alors à Carantec. Trois ans plus tard, il faisait partie des FFI de Trégarantec et participait à de nombreuses actions de résistance.
Pendant l’Occupation, Étienne Pengam faisait partie du réseau Centurie. Il avait alors côtoyé Alice Coudol, Aimé Talec ou Paul Jacopin, de grandes figures de la Résistance. Les souvenirs intacts, Étienne aimait à rappeler que, pendant les combats, il avait aidé à la réception des parachutages et avait servi de guide aux SAS (Special air service) du capitaine Sicaud dans la nuit du 4 au 5 août 1944. Il avait ensuite participé avec eux à la libération de Lesneven.

« Allemagne kaput ! »

Étienne Pengam avait emmagasiné de nombreuses anecdotes, qu’il distillait avec délicatesse. Chacun se souvient de celle qui relatait la fois où il avait taquiné un officier allemand en lui disant : « Allemagne kaput ». Accusé par ce dernier d’être un terroriste, le jeune homme avait nié et lui avait répondu qu’il avait juste entendu ça. Entre les deux hommes, une autre relation s’était créée. L’officier allemand s’était alors tourné vers Étienne Pengam et lui avait demandé de l’aider à déserter pour rejoindre sa famille.
Étienne avait de nouveau croisé l’officier à l’occasion du départ de celui-ci, avec son unité, vers l’Est. Étienne et lui s’étaient serré la main, l’officier était en pleurs. Étienne ne l’avait jamais revu.

Électricien, homme engagé

Après son service militaire où il n’avait jamais touché une arme, mais avait fait du sport, Étienne était revenu à Lesneven et était devenu électricien. Installé dans la commune, il avait tenu son entreprise jusque dans les années 80, avant de prendre sa retraite.

Conseiller municipal durant un mandat et membre de l’Association des commerçants, il était très engagé et aimait être entouré. Veuf, père de deux enfants, Valérie et Philippe, il a eu le chagrin de perdre son fils l’an passé. Ses obsèques seront célébrées ce mercredi, à 16 h 30, en l’église Saint-Michel de Lesneven.


Lesneven. Dernier résistant, Étienne Pengam est décédé


Ouest France
Publié le 02 septembre 2019
Stacks Image 56
Le 8 août dernier, lors de la cérémonie des 75 ans de la libération de Lesneven, Étienne Pengam avait défilé avec fierté en ville de Lesneven | OUEST-FRANCE

Figure de Lesneven, Étienne Pengam vient de décéder. Il aurait eu 96 ans en octobre. Il aimait raconter des anecdotes de sa période de résistant. Il était aussi connu pour son investissement dans la vie communale de Lesneven.

Nécrologie

Figure de Lesneven, Étienne Pengam vient de décéder. Il aurait eu 96 ans en octobre. Le dernier résistant de la commune, avait été très présent durant les fêtes des 75 ans de la libération de Lesneven, il y a trois semaines. Il s’est éteint dimanche soir.

Issu d’une famille de douze enfants, Etienne s’était engagé dans les Forces françaises de l’intérieur (FFI) en 1943. Ses frères, Vincent, Yves et Joseph en avaient fait de même.

Pendant l’Occupation, Étienne Pengam faisait partie du réseau Centurie. Il avait alors côtoyé de grandes figures de la Résistance. Il aimait à rappeler que, pendant les combats, il avait aidé à la réception des parachutages et avait servi de guide au capitaine Sicaud dans la nuit du 4 au 5 août 1944. Il avait alors participé avec eux à la libération de Lesneven.
Artisan en électro ménager jusqu’en 1980, Etienne Pengam, natif de Trégarantec, était veuf, et père de 2 enfants. Il avait été conseiller municipal de la ville de Lesneven.

Ses obsèques seront célébrées mercredi 4 septembre, à 16 h 30, à Lesneven.

Lesneven. Dernier résistant, Étienne Pengam est décédé
Stacks Image 60
Stacks Image 66
Stacks Image 64