Douarnenez. Il y a 75 ans, le Dark Victor s’écrasait dans la baie de Douarnenez

Mis en ligne le 5 août 2019 // mise à jour le 8 août 2019 // mise à jour du 13 août 2019
Représentation du « Dark Victor » par un peintre britannique. | OUEST-FRANCE
Stacks Image 11
5 août 2019 : Discours de M Le Maire de DOUARNENEZ François CADIC

Cérémonie en hommage à l'équipage du Lancaster JB 139 ''Dark Victor'' - Lundi 5 août 2019

Allocution de François Cadic, maire de Douarnenez




Mesdames et Messieurs les Elus,

Mesdames et Messieurs les Représentants des autorités civiles, militaires et religieuses,

Mesdames et Messieurs les Représentants des Associations patriotiques,

Mesdames, Messieurs, Chers Amis,

C'est avec une certaine émotion que je m'adresse à vous à l'issue de cette bénédiction que je remercie sincèrement le Père Le Roux d'avoir célébrée.

Certains d'entre vous connaissent mon intérêt pour l'histoire et l'aéronautique.

Au-début des années 1990, avec quelques passionnés, membres des associations "Histoire et Collection" et "Conservatoire Aéronautique de Cornouaille", nous avons effectué des recherches sur ce fait de guerre que constitue le crash du "Dark Victor" en baie de Douamenez le 5 août 1944. Nous avons ainsi pu nouer des relations avec les survivants comme avec les familles des militaires décédés au cours du crash. A l'époque, j'étais loin d'imaginer que 30 ans plus tard ou presque, je présiderai une cérémonie en mémoire de l'équipage de ce bombardier, en qualité de maire de Douarnenez.

L'équipage du "Dark Victor" était composé du pilote, le Flying officer Donald Cheney, du navigateur, le Pilot officer Roy Welch, du bombardier, le Flight Sergeant Len Curtis, du mécanicien, le Flight Sergeant Jim Rosher, du radio, le Flight Sergeant Reginald Pool, des mitrailleurs, le Warrant officer Ken Porter et le Pilot officer Noel Wait.

Malgré leur jeune âge, entre 21 et 23 ans, ces militaires étaient aguerris : ils comptaient chacun plus de 30 missions. A de nombreuses reprises, ils ont bravé le danger pour pilonner les positions allemandes. Des jeunes hommes que nous ne connaissions pas et qui ne nous connaissaient pas, mais qui combattaient pour libérer la France, pour nous libérer.

Leur courage, leur sang-froid, le sacrifice suprême que représente la perte de la vie pour Reginald Pool, N oel Wait et Roy Welch, forcent le respect et l'admiration. Et notre éternelle reconnaissance.

Parce qu'il est important que nous soyons en mesure de continuer à nous souvenir, je vais rappeler cet évènement du 5 août 1944 qui survient alors que les combats pour la Libération de Douamenez ont débuté la veille.

Ce 5 août 1944, donc, quinze Lancaster du 617 Squadron de la Royal Air Force, dont le "Dark Victor", décollent de la base de Woodhall Spa dans l'est de l'Angleterre, avec pour objectif la base sous-marine de Brest.

Au cours de cette mission, le bombardier est touché par des tirs de batteries antiaériennes allemandes. L'aile droite est rapidement en feu. Victimes d'éclats de tirs d'obus, Roy Welch et Reg Pool sont gravement blessés. Donald Cheney tente bien un retour à Wood.hall Spa, mais les dégâts sont trop importants. Il n'a d'autre alternative que de donner l'ordre d'abandonner l'appareil.

Roy Welch, Jim Rosher et Len Curtis parviennent à quitter le Lancaster par une issue de secours à Pavant. Incapable de se mouvoir par ses propres moyens, Reginald Pool a été équipé d'un parachute puis poussé hors du bombardier par Donald Cheney qui sera le dernier à sauter par une trappe d'évacuation située au¬dessus du cockpit. Les deux mitrailleurs Ken Porter et Noel Wait ont pu, eux, s'extraire par une porte latérale, à l'arrière de l'appareil.

Privé d'équipage et proie des flammes, le "Dark Victor" s'abîmera en baie de Douamenez.


Des sept membres d'équipage, trois seront malheureusement retrouvés morts : Roy Welch, Reginald Pool et Noel Wait. Nous sommes réunis ce matin devant leur tombe, voisine de celle de Jean Marin, porte-parole de la France Libre à Londres ; Yves Morvan à l'état-civil, décédé le 3 juin 1995.

Donald Cheney sera rapidement récupéré en mer sur le bateau "Ar Menuzar" par un groupe de volontaires,
mené par Albert Doaré, venu à sa rencontre après avoir échappé à la vigilance de l'occupant. Ce groupe était composé de François Bonjour, Corentin Buisson, René Le Bihan, André Morvan, Théophile Quéré et Marcel Stéphan.

Donald Cheney sera ensuite pris en charge par la famille Québriac et assistera, caché, à la Libération de Douarnenez où il restera jusqu'au 22 août.

Ken Porter qui touchera le sol à Keratry, non loin du Juch, et Jim Rosher, à Kerscao en Plonévez-Porzay, seront réunis au maquis de Tréfry à Quéménéven, avec l'aide des FFI. Ils y resteront jusqu'au 16 août.

Moins heureux, Len Curtis sera capturé par l'occupant à sa sortie de l'eau à Sainte Anne La Palud. Il ne sera libéré que le 18 septembre après la reddition des troupes allemandes de la presqu'île de Crozon.

En 1994, à l'occasion du so= anniversaire de la Libération de la ville, mais également du crash du "Dark Victor", Donald Cheney, Ken Porter et Jim Roscher sont venus à Douarnenez, accompagnés de membres de leurs familles. Les deux canadiens avaient effectué une première visite un an auparavant, quelques jours après la découverte, par un bateau de pêche, d'un morceau du train d'atterrissage du Lancaster. Belle coïncidence !

Puis en 2014, nous avons accueilli les familles pour une nouvelle cérémonie d'hommage, à l'occasion du 70ème anniversaire. Comme en 1994, ce furent des instants émouvants et solennels, marqués par la remise par les familles de l'équipage du Lancaster à la Ville d'un tableau de Mark Postlethwaite, représentant les derniers instants du "Dark Victor" au-dessus de la baie de Douarnenez. Ce tableau, vous pourrez le voir tout à l'heure, à l'hôtel de ville, à l'entrée de la salle du Conseil municipal.

Donald Cheney et Ken Porter étaient canadiens, leurs 5 compagnons, britanniques.

Nous sommes plusieurs ici à avoir rencontré et échangé avec trois d'entre eux, Donald Cheney, Jim Rosher et Ken Porter, et à être restés en contact avec les familles dont des représentants sont parmi nous :

- Madame Janice Cheney, fille de Donald Cheney, et sa compagne,
- Madame Sheila Rosher, et Monsieur Derek Roscher, enfants de Jim Rosher,
- Monsieur Michael Wait, frère de Noel Wait, accompagné de son épouse et de leurs enfants,
- et Monsieur Paul Curtis et Monsieur et Madame Cary Curtis, fils de Len Curtiss.

Chers Amis canadiens et britanniques,

Votre présence à Douamenez ce 5 août témoigne de la force des liens qui se sont créés entre nous, en particulier avec les familles de celles et ceux qui ont porté secours et protégé les rescapés dans les jours qui ont suivi le crash.

Votre présence témoigne aussi de la force des liens qui demeurent, et qui résistent à l'usure du temps et aux aléas des relations entre la France et ses pays libérateurs.

Enfin, votre présence témoigne de notre volonté commune de perpétuer la mémoire des membres de l'équipage du "Dark Victor", et à travers eux, la mémoire de l'engagement des forces alliées en faveur d'un monde libre.



Stacks Image 108
Une cérémonie s'est déroulée à Douarnenez (cimetière de Ploaré) ce lundi 5 août 2019.
Souvenir de l'équipage du Dark-Victor décédé dans la chute de leur avion dans la baie de DZ.
Stacks Image 52
Stacks Image 78
Stacks Image 76
Stacks Image 74
Stacks Image 72
Stacks Image 70
Stacks Image 60
Stacks Image 56
Stacks Image 92
Stacks Image 90
Stacks Image 88
Stacks Image 86
Stacks Image 84
Stacks Image 82
Stacks Image 80
Stacks Image 104
Stacks Image 102
Stacks Image 100
Stacks Image 98
Stacks Image 96
Stacks Image 94
Il y a 75 ans, jour pour jour, un avion du 617e squadron de la Royal Air Force a été abattu par l’armée allemande. Il s’est écrasé dans la baie de Douarnenez, à environ un demi-mille au nord-est de l’île Tristan. Le Dark Victor faisait partie d’une escadrille de Lancaster venue bombarder la base sous-marine allemande de Brest. Sur les sept membres de l’équipage, trois soldats ont été tués : le sous-lieutenant et navigateur Roy Welch, le mitrailleur de queue Noel Wait, et le radio Reginald Pool.
Le lieutenant et pilote, Donald Cheney, fut recueilli par des marins douarnenistes, puis hébergé par l’administrateur des affaires maritimes, Aristide Québriac, l’un des responsables de la résistance locale. Le bombardier sergent-chef Len Curtis fut, lui, capturé par les Allemands, puis libéré par l’armée américaine après la reddition des troupes allemandes de la presqu’île de Crozon. Le sergent Jim Rosher, mécanicien, fut aidé et hébergé par la famille Le Bot, à Plonévez-Porzay. Quant à l’adjudant-chef Ken Porter, il fut pris en charge par les Forces françaises de l’intérieur (FFI), et emmené au château de Tréfry.
Pour célébrer l’anniversaire de ce fait de guerre, une exposition est mise en place à la mairie, avec des pièces uniques retraçant cette histoire. Présentation.
Stacks Image 62
Stacks Image 64
Stacks Image 66
Stacks Image 28
Parmi les marins douarnenistes ayant secouru le lieutenant Don Cheney, se trouvaient notamment Corentin Buisson, Albert Doaré, René Le Bihan et Théophile Quéret. Partis du Rosmeur en embarquant sur l’Ar Menuzar, ils se sont fait tirer dessus, au retour, par des Allemands, depuis les Plomarc’h. Les participants de ce sauvetage ont reçu par la suite des certificats de reconnaissance du gouvernement britannique.
Stacks Image 34
Un module est consacré aux trois membres d’équipage décédés lors de cette opération. Le carnet de vol ayant appartenu au navigateur Roy Welch a pu être récupéré. Il avait effectué environ quarante missions avant le crash, un chiffre conséquent. Le kit d’évasion de Noel Wait est également présenté. Il comporte des billets de banque, une mini-boussole, une petite scie et une carte d’évasion de la France.
Stacks Image 32
Une vitrine est consacrée spécialement au pilote Donald Cheney, avec son uniforme, ses décorations, etc. La fausse carte d’identité qui lui avait été remise par la mairie de Douarnenez, pour lui permettre de se déplacer, est également visible, ainsi qu’un brassard des FFI et des insignes créés par la Franpac pour les résistants.
Stacks Image 30
Plusieurs photos d’archives des membres de l’équipage ont été collectées. Dans ce module, des clichés aériens des bombardements de la base sous-marine de Brest sont présentés. Ils ont été pris lors du raid du 5 août 1944.
Stacks Image 44
Dans cette exposition, d’autres pièces qui ne sont pas liées directement au Dark Victor, mais à la Royal Air Force, sont aussi exposées. On y trouve une caméra servant à filmer les tirs orchestrés par les avions de chasse, des instruments de bord d’un Lancaster, un revolver de l’armée britannique, etc.

Du 5 au 10 août, exposition sur le Dark Victor, aux horaires d’ouverture de la mairie. Entrée libre.