Pierre Charretteuret et Paul Marie Gourmelen
Nous sommes le 29/06/44 , les américains ne sont pas encore arrivés en Bretagne .La percée d'Avranches aura lieu le 30 Juillet donc un mois après et l'été 1944 s'annonce très difficile pour la  Résistance bretonne  qui va être victime d'une féroce répression des troupes allemandes.

Celles-ci craignent bien sûr l'arrivée de l'armée US et veulent empêcher les résistants de participer à la Libération, ce qui sera le cas partout  : les Résistants du centre-Bretagne retarderont par harcèlement,  le recul des troupes allemandes , comme celles du général parachutiste Ramcke en route vers Brest.

Leur but était de créer des "poches " sur la côte bretonne ,autour des ports ,ce qui sera le cas à Lorient ou St Nazaire ,mais échouera à Brest devenue "forteresse" ,Festung en allemand) où le siège de la  ville durera un mois.

Je ne sais pour quelle raison les deux résistants Pierre Charretteur , né à Plouzané (Finistère) le 29/06/1920 et Paul  Marie Gourmelen ,né le 01/02/1924 à Rennes (Ille et Vilaine) ,ont quitté leur travail aux PTT de Landerneau pour rejoindre un maquis au centre-Bretagne à la limite des deux départements (Finstère et Côtes du Nord) ,entre Carhaix et Locarn...

Ce 29 Juin ,ils  sont surpris par une colonne allemande comprenant aussi des miliciens et des "breiz Atao" (autonomistes collaborateurs avec les nazis).

Les résistants sont installés à table, pour manger, dans un café (à l'époque on dit : "débit de boissons"); ils n'ont pas le temps de se défendre ;les allemands mettent le feu à la maison (le patron M.Guéguen et deux résistants y trouvent la mort ).

Les autres sont rassemblés sur la place , avec des otages.

Certains sont fusillés ensuite , dont P.Charretteur et P. Gourmelen , les 13 autres seront déportés ; seuls 2 d'entr'eux reviendront des camps de la mort.

Jean-Claude Cariou