L'antifasciste John Heartfield
Hitler et la finance: le salut hitlérien vu par John Heartfield

Voici le célèbre photo-montage de l’artiste antifasciste John Heartfield sur la finance et Hitler, sur le „sens“ du fameux salut hitlérien. John Heartfield a travaillé pour l‘Arbeiter-Illustrierte-Zeitung (A-I-Z), un journal à tirage élevé qui a paru à Berlin entre 1921 et 1933 et de 1933 à 1938 à Prague en exil.
Stacks Image 13
Stacks Image 20


D'après le site :
https://sites.google.com/site/espaceartcollege/heartfield



Adolf le surhomme, avale de l’or et crache de la camelote

Titre: Adolf le surhomme, avale de l’or et crache de la camelote
Auteur: John Heartfield
Date de réalisation: 17 juillet 1932.
Nature de l’image: Une couverture de magazine (exposée en couverture de la gazette A.I.Z, XI, 29 (Arbeiter Illustrierte Zeitung), hebdomadaire de 1924 à 33). Une affiche électorale (c’est une Héliographie ou rotogravure,un procédé d’impression employé pour de longs tirages.). Cette image d’Heartfield sur Hitler existe aussi en version agrandie un peu partout à Berlin dès le 28 août 1932.
Médium(s): photomontage sur papier gélatino-argentique
Dimensions: 35.4 x 24.6 cm (l’image seule:33 x 24.1 cm)
Lieu de conservation: Musée des beaux arts du Canada. Achat par le musée en 1979.

Mouvement artistique: Le Dadaïsme (dès 1917, il  participe au mouvement du Dadaïsme. Dada-monteur, on le découvre à la foire internationale Dada de 1920).

Brève biographie de l’auteur :
Artiste allemand, d’abord peintre, puis photographe. Ses photomontages, dont il est le précurseur, dénoncent violemment le nazisme. Membre du Parti communiste d’Allemagne, Heartfield devient le principal auteur d’affiches modernes attaquant et dénonçant la montée du nazisme. L’impact visuel émanant de ses photomontages fera dire à Louis Aragon que Heartfield « est le prototype et le modèle de l’artiste antifasciste ».
Contexte (historique, social, artistique…) :
L’Allemagne voit en 1933 l’accession au pouvoir d’Adolf Hitler, à la tête du parti nazi depuis les années 20. Un an plus tôt, dans un climat d’effervescence politique, l’artiste John Heartfield par le biais de cette œuvre met en garde les citoyens contre les promesses d’Hitler. John Heartfield fait parti du mouvement artistique DADA (mot choisi au hasard sur une page d’un dictionnaire). Ce groupe d’artistes qui a vu le jour en 1916 proclame un mépris pour les valeurs en place, y compris celle de l’art. Les « dadaïstes » prônent la désacralisation de l’art : l’oeuvre d’art ne doit plus être considérée comme un objet précieux, voué à la contemplation, réalisée dans des matériaux nobles et protégé entre les murs du musée. L’oeuvre doit être en prise directe avec la vie et traduire la liberté totale de l’artiste. Chez John Heartfield, la démarche artistique est un engagement politique.
Analyse de l’œuvre
Composition : centrée, serrée dans un plan rapproché, la composition met en valeur le personnage. Ce dernier étant de face et se tenant droit, de façon assez rigide, une impression de stabilité se dégage, renforcée par la symétrie obtenue par le cadrage et la posture du corps. Cette volonté de l’artiste de guider le regard uniquement sur le personnage explique l’arrière-plan non traité. Cette organisation spatiale très simple donne à l’oeuvre un fort impact visuel.
Couleur : Il s’agit d’une épreuve photographique en noir et blanc. Cela favorise l’unité visuelle de l’image en donnant une certaine homogénéité bien que l’ensemble soit composé de plusieurs images.
Lumière : Un fort contre-jour met en évidence le contour de la silhouette, l’éclairage du visage de 3/4 est celui qui figurait dans la photographie détournée.
Techniques: Le photomontage est un assemblage de photographies différentes, découpées, superposées, combinées. Une fois le collage effectué, l’artiste le photographie pour obtenir une image homogène, sans que n’apparaissent les traces du montage préalable. Cette technique aujourd’hui peut s’effectuer par l’outil informatique, mais comme à ses débuts, elle permet toutes les retouches et tous les trucages.

Significations
Le personnage représenté est Adolf Hitler. L’intérêt du photomontage est dans le jeu des apparences dévoilé par l’artiste. A l’expression crâne et pleine d’assurance du visage se combine la vision du torse et du ventre en coupe. Cela nous permet de voir une partie du système digestif d’Hitler et d’en apprécier de manière insolite, le cheminement des pièces d’or de la bouche aux intestins. Le titre affirme le contenu de l’image dans cette relation à l’alimentation par l’utilisation des termes « avale» et « crache ». On peut apercevoir deux signes, l’insigne nazi plaqué sur le coeur et la croix de guerre de 1914-1918 au niveau du ventre. Ce photomontage évoque l’important soutien financier que le parti nazi recevait de riches industriels qui craignaient que l’Allemagne ne vote pour un gouvernement communiste. L’oeuvre dénonce l’intérêt qu’Hitler avait pour le pouvoir financier et qu’il tente ici de masquer derrière des discours contradictoires en faveur de la classe ouvrière. Le photomontage a été réalisé pour être publié dans un journal communiste illustré. L’image a eu un tel impact qu’elle a été ensuite utilisée comme affiche politique antinazi en vue des élections de 1933. L’image devient une arme de propagande aux services d’un contre-pouvoir.