Brest. Line Renaud star d'un téléfilm 100% brestois !
Stacks Image 9897
Stacks Image 9548
Brest - 17 Juin - 2015


  • line-renaud-star-dun-telefilm-100-brestois

  • Line Renaud, 87 ans, tourne actuellement dans "Rappelle-toi", à Brest. | Crédit photo : Ouest-France

Sarah JOURDREN.
Line Renaud, 87 ans, tourne actuellement dans "Rappelle-toi". Jusqu'au 9 juillet, l'équipe de tournage investit les différents quartiers de Brest.
Reportage
Une agitation inhabituelle règne au numéro 9 de la rue Bailly. Une équipe de décorateurs s'affaire dans la maison. D'une des caisses posées dans le jardin dépassent un vieux cadre et une photo jaunie. Ce mardi après-midi, cette coquette maison de centre-ville doit accueillir le tournage du téléfilm
Rappelle-toi, réalisé par Xavier Durringer pour France 3. Et tout doit être prêt avant l'arrivée de l'équipe.
Le film retrace l'histoire d'une ancienne résistante, qui revient à Brest après la mort de son mari.
« À l'origine du scénario, il y a une histoire vraie », raconte Jules, le régisseur adjoint. « Quand Xavier Durringer a fait Rouge sang [réalisé en 2014, NDLR], le régisseur général lui a raconté l'histoire de sa tante et des fusillés du Mont Valérien. Il a tout de suite voulu en faire un film. » Une histoire bretonne, donc, entièrement tournée à Brest.
« Moteur ! Action ! »
Pour assister au tournage ce mardi matin, il faut continuer dans la rue Bailly, vers le cimetière de Kerfautras. Dans un coin, tout au fond, l'équipe a posé son matériel. Quarante techniciens, une vingtaine de figurants et les deux actrices principales - Line Renaud et Anne Suarez - se préparent à tourner l'enterrement du mari.
Derniers détails sur le placement et le silence se fait.
« Moteur ! Action ! » Une rose rouge à la main, les acteurs se recueillent, immobiles, devant une tombe ouverte. La pierre tombale en marbre noir a été posée, quelques mètres plus loin, hors du champ de la caméra. Sans le son, la scène est comme un tableau. « Cut. Très bien. On passe à la deuxième. » Les prises s'enchaînent sans tarder. Avant le déjeuner, il faut encore déplacer le matériel rue Bailly.
« J'ai prêté ma maison »
La propriétaire de la maison, Monique Pailler, compte justement parmi les figurants. Un soir de pluie, Xavier Durringer a frappé à sa porte. « Il m'a dit que ma maison l'intéressait pour son film », raconte-t-elle, surprise du bouleversement de son décor quotidien. « Je ne reconnais plus ma maison. Ils ont tout transformé, sauf le papier peint de ma chambre. Je le trouve ringard, mais eux l'ont adoré ! »
Un peu plus loin, Christian est attablé avec d'autres figurants - la « famille » de Line Renaud. C'est la deuxième fois qu'il participe à un tournage, et il semble y prendre goût.
« Je fais ça pour le fun, pas pour l'argent », sourit-il. Les figurants reçoivent 86 € par jour... Et un repas, chaque midi.
C'est une entreprise locale, « Coupure déjeuner », qui assure le service. Une aubaine pour ce traiteur morlaisien, habitué aux tournages.
« D'habitude on travaille plutôt dans la région parisienne, indique Aurélie Boderiou, la gestionnaire. C'est toujours agréable de revenir chez soi. »
Stacks Image 9660
Cérémonie du 18 juin à Brest, Line Renaud et toute l'équipe du comité ANACR de Brest
autour de Charles Paperon, son président, et du drapeau de l'ANACR porté par Roger Berthelot.
Line Renaud, en tournage à Brest, un film inspiré par l'histoire d'un des 19 Résistants de Brest
fusillés au Mont-Valérien le 17 septembre 1943.
Stacks Image 9674
Stacks Image 9676
Stacks Image 9678
Stacks Image 9680
Stacks Image 9682
Stacks Image 9684
Stacks Image 9686
Stacks Image 9658
Stacks Image 9662
Stacks Image 9656
Stacks Image 9664
Stacks Image 9666
Stacks Image 9670
Stacks Image 9668