Cérémonies de Brest 18sept 1er et 9 novembre 2018
Mis en ligne le 18 novembre 2018
Modifié le 24 novembre 2018

ALLOCUTION  RUE COAT AR GUEVEN LE 18 SEPTEMBRE 2018
(cérémonies pour l'anniversaire de la Libération de Brest )    

                                                                       
Bonjour à tous,                                                                                                                                                                                                                                                                  
Nous voici à côté du 13 ,rue Coat Ar Gueven, là où 3 patriotes ,résistants FTP et communistes ,on été arrêtés par des soldats allemands puis fusillés dans la cour de l'immeuble voisin ,alors un entrepôt  commercial ,la "COOP";il s'agit de Marcel Cousquer (36 ans), d'Alfred Jamaut (32 ans) et de Jean-Pierre Gourlaouen (34 ans).
 
On trouvait ici un groupe d'une dizaine de résistants , dont le propriétaire de la maison ,Jean-Pierre Cariou ,ancien "enfant de troupe" ,qui avaient décidé de rester dans le quartier à l'issue d'un réunion au cinéma VOX tout près ,d'une soixantaine de militants communistes et FTP non encartés .

Certains dormaient dans le grenier du cinéma. Il y a donc dispersion des présents :ainsi certains se retrouvent à l'école Sanquer , d'autres à la cantine de la rue de la République ,tenue par des cheminots .L' opération est dirigée par Marcel Pirou ,qui avant-guerre s'occupait de l'organisation des locataires et du PL Recouvrance. (il sera plus tard tué à Tréglonou).

Les événements se précipitent avec la proclamation de l'état de siège ;l'ordre de quittter Brest est donné aux civils n'ayant pas une fonction comme :infirmiers ,secouristes,médecins ,pompiers ou membres de la défense passive .il faut un cachet spécial disponible dans les mairies ,y compris des communes encore détachées de Brest ,comme St Marc ,St Pierre ou Lambézellec...                     

Le groupe présent ici se compose aussi de Raymond Léaustic (une rue porte son nom à St Marc),de Vibert , Lotrian,Jo Laot,le cheminot Vallée, en plus de Cariou ,Cousquer ,Jamaut et Gourlaouen.

Une femme ,Yvonne Rospars ,soeur de Joseph ,fusillé un an avant au Mt Valérien ,passe de temps en temps.  

Le ravitaillement est facile:des commerces sont tout près, avec encore des produits alimentaire ,la "COOP" , un magasin de vins et même des poules et  lapins vivants..

Le 18 au matin ,un mois donc avant la Libération de la ville ,il est décidé que seuls 4 FTP restent dans la maison ,les autres partent en vélo ou à pieds vers différentes mairies encore ouvertes..chercher le cachet officiel !                                                                                                                                                                                                                                              
Une patrouille allemande frappe à la porte et pénètre dans la maison ,sans doute sur dénonciation :la fouille est rapide:  sous un édredon ,ou trouve une mitraillette et des chargeurs.              

Cariou s'échappe et ,connaissant le quartier ,part vers le cinéma ,à l'endroit où la rue fait un coude à angle droit ,et toujours en 2018.

La rafale de mitraillette ne l'atteint pas.Au même moment ,Jo Laot revenait de la mairie annexe du Pilier Rouge à vélo :il s'échappe pour prévenir les autres du danger ,ceux qui revenaient des mairies et ceux qui étaient encore chez eux.

Cariou les retrouve chez un autre résistant ,Berger ,mais sera tué plus tard par un éclat de DCA .

Jo Laot ,toujours à vélo ,est arrêté par les allemands ,qui l'envoient à Kerhuon pour l'interroger.Un bombardement à ce moment là ,un allemand gravement blessé et le soldat qui garde Laot le laisse s'enfuir ,toujours à vélo, vers le pont de Plougastel :les allemands installaient le dispositif de mise à feu pour faire sauter une arche et empêcher le passage des chars et camions américains qui arrivaient ! ils laissent circuler  Jo Laot ,sans doute le dernier français à y être passé ! Il nous a raconté cette "anecdote" ,si j'ose dire ,plus tard... Les 3 patriotes pris au piège étaient déjà fusillés à quelques mètres d'ici !                                                                                                                                                                                       
Pour terminer ,une pensée pour Mathieu Donnart ,commandant des FFI du Finistère.Il habitait rue Jean- Jaurès à 200 mètres d'ici;de 1930 à la guerre :né à Landerneau en 1904,il était ingénieur à la Compagnie de l'eau et de l'ozone,en poste à Brest. Passé très vite à la Résistance sous le nom de colonel "Poussin"  ,il est arrêté à Pontivy (Morbihan) au cours d'une mission en centre-Bretagne ,avec ses accompagnateurs dont deux gendarmes de Quimperlé .

Ils sont torturés dans les caves du collège de Pontivy (je les ai visitées ,toujours dans le même état qu'en 1944 ,avec des éléves de 3me quand j' habitais dans cette ville.

M.Donnart est fusillé ensuite à Pluméliau , à côté, le 29 Juillet 1944 .Ayons une pensée pour ce grand Résistant ...                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            
Je vous remercie pour votre attention,                                                                                                                                                                                                                                          
J.C.Cariou , pour l'ANACR du Finistère          

Stacks Image 28
Bonjour chers amis, 

 Voici quelques photos des commémorations de ce matin du 18 septembre . 3 heures à parcourir la ville de long en large avec absolument aucun public dans l'assistance.
Pas l'ombre d'un étudiant ou responsable de l'UBO au Bouguen malgré l'information faite auprès du président Mr Gallou. 

 A Montbarey, désert absolu, il n'y avait que les bénévoles admirables du fort. 
 A la stèle américain, pourtant en plein centre ville, quelques curieux attiré par les drapeaux et la musique. Même pas une classe malgré le nombre d'école du centre-ville et le jour (ouvré, non férié). Brest _ 44 a déposé une gerbe de fleurs avec le petit fils du général américain Donald Stroh qui commandait la 8th Infantry. Son oncle a été abattu par la Flak à Gouesnou lors du siège. 

 A Saint-Marc, quelques membres du parti communiste et quelques anciens, peut être des familles de FTP ? Pas une classe, je faisais tâche dans le paysage avec mes 30 ans. On entendait les enfants qui jouaient lors de la minute de silence, ça m'a désolé. Il n'y avait pas de maître de cérémonie non plus, j'ai du faire au pied levé le discours et maître de cérémonie. 

 Rue Coat ar Guéven, belle allocution de Jean-Claude CARIOU vice-président de l'ANACR 29, bien détaillé avec des anecdotes et je le remercie d'avoir eu un mot pour Mathieu DONNART ( Colonel POUSSIN), j'ai eu son fils au téléphone pour lui dire qu'on avait pensé à son père, il en était touché.
Pas de maître de cérémonie, j'ai officié en remplacement. 

Stèle du groupe Elie, peu de monde également. Présence néanmoins du frère cadet de Louis Stéphan, fusillé au Mont Valérien. C'était émouvant
 Place de la Liberté... 
Dépôt de gerbe par Michèle GAU-GUILLOU et Edgar DEBORTOLI.   
Pas de piquet d'honneur, moins de dix spectateurs, quelques personnes surprises de voir le drapeau de l'URSS flotté au mât 
 

 Bref, tout ceci pour vous rendre compte de la décrépitude de ce format de commémoration. Cela fait penser à un mourant qu'on maintient artificiellement en vie car on a une sorte d'héritage moral à conserver. J'adore les cérémonies, j'en fait je ne sais combien dans l'année mais pour moi c'est à la fois un moment de partage et de recueillement. Ce matin il manquait clairement le partage. 

 Tout ceci n'est qu'un retour d'expérience, mon avis personnel qui doit être mis en rapport avec d'autres pour en ressortir une généralité. 

 Vous trouverez en pièces jointes les deux allocutions du Bouguen et Saint-Marc. Pour Saint-Marc,  Roger BERTHELOT m'a relu un peu avant pour être sûr de ne pas faire de "boulette". Pour le Bouguen, j'ai glissé un mot sur la prison de Pontaniou, sans braquer qui que ce soit, juste un rappel des faits dans le contexte que l'on a déjà longuement abordé ensemble sur ce projet immobilier. 

Le projet sera étudié en conseil municipal le 28 septembre, pour info
https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/pontaniou-la-prison-bientot-vendue-18-09-2018-12082653.php

 A vous lire
 Amicalement 
 
Gildas PRIOL
Stacks Image 36
Stacks Image 38
Stacks Image 32
Stacks Image 42
Stacks Image 40
Stacks Image 46
Stacks Image 48
Stacks Image 50
Stacks Image 52
Stacks Image 54
Stacks Image 56
Stacks Image 58
Stacks Image 60
Stacks Image 62
Stacks Image 64
Stacks Image 66
Stacks Image 68
Stacks Image 70
Stacks Image 72
Stacks Image 74
Stacks Image 76
Stacks Image 78
Stacks Image 80
Stacks Image 82
Stacks Image 84
Stacks Image 86
Stacks Image 88