Stacks Image 45


MORLAIX;
cérémonie du 4 août 2020





Mis en ligne sur le site le 13 août 2020
Stacks Image 81


Ville de MORLAIX

76e anniversaire du souvenir des Fusillés Saint-Politains 4 août 1944 – 4 août 2020

Ce matin à 11h, Route de Paris, devant la stèle des Saint-Politains, s'est tenue la cérémonie commémorant le 76e anniversaire du souvenir des Fusillés Saint-Politains le 4 août 1944.
Jean-Paul VERMOT, Maire de Morlaix et Michèle QUEAU, présidente du comité d'entente des associations patriotiques, ont pris la parole lors de la cérémonie.

Le Maire a lu, lors de son discours, un poème retrouvé dans le carnet d'une des victimes, Pierre GUILCHER :

« Jusqu’au bout »
Jeunes gens qui rêvez un brillant avenir
Une dernière étape attend votre constance
Souriez à l’effort et prenez conscience
Que le succès ne vient à qui ne sait finir
Une œuvre prend du prix
En autant qu’on l’achève
A sa maturité se juge le bon fruit
Un bouton devient fleur quand il s’épanouit
Bien haut sur les sommets l’idéal resplendit
Orientez vos pas, montez, montez sans trêve
Un jeune homme surmonte ennui, peine, dégoût,
Tant qu’il sait prier Dieu et lutter
Jusqu’au bout !

L'intégralité des deux discours est à retrouver ici
Discours de Jean-Paul VERMOT, Maire de Morlaix
Discours de Michèle QUEAU, présidente du comité d'entente des associations patriotiques


Une soixantaine de personnes assistait à la cérémonie dont 

Sandrine LE FEUR, députée du Finistère,

Stéphane CLOAREC, Maire de Saint-Pol-de-Léon,
accompagné de Jean-Louis KICHENIN, délégué défense ainsi que de quelques élus St Politains,

Yvon LAURANS correspondant défense, Katell SALAZAR conseillère déléguée aux cérémonies patriotiques,
André LAURENT et Catherine TREANTON, adjoints au maire,
Patrick GAMBACHE et Ghislain GUEGANT, conseillers municipaux 
Jacques THOMAS, président d'honneur de la FNACA de Morlaix   

A l’instar des cérémonies du 8 mai et du 18 juin, en raison des conditions sanitaires, la cérémonie s'est déroulée en format réduit et sans public, avec port du masque et distanciation des participants.





Cérémonie commémorative
76e anniversaire du souvenir des Fusillés Saint-Politains
4 août 1944 - 4 août 2020


Discours de Jean-Paul Vermot, Maire de Morlaix

Monsieur le Maire de Saint-Pol-de-Léon
Mesdames & Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs,
représentants des corps constitués et des associations, Mesdames et Messieurs,

Le 4 août 1994, une commémoration réunissant une centaine personnes se déroula ici, à Morlaix, près des lieux où, exactement cinquante ans auparavant, quinze otages Saint-Politains ont été fusillés.

Louis Guilcher, frère d'une des victimes, prend alors la parole :

« A quelques mètres de nous, existe encore la barrière de bois franchie par les condamnés, dans les derniers instants qui ont précédé leur exécution. Nous savons qu'ils ont fait face à la mort avec courage; qu'ils ont marché sans faiblir sous la conduite de leurs bourreaux, vers le lieu de leur supplice. Nous savons aussi, et de cela, je voudrais tant que chacun de vous en soit persuadé, que les tueurs ont commencé aussitôt leur sinistre besogne, et que, environ une heure plus tard, le bruit des fusillades avait cessé. Nous savons que le 9 août, 5 jours plus tard, les corps des victimes ont été retrouvés, nul ne pouvait affirmer la nature exacte de leurs blessures. Aux constatations officielles, certains esprits pervers ont ajouté le récit d'atrocités qu'il était impossible de prononcer. Comme si, à l'immense tristesse de la réalité, il fallait encore ajouter l'horreur d'imaginations macabres.
Pour nous, qui pleurons la disparition tragique d'être chers, surtout doit subsister la grandeur de leur sacrifice. Nous, qui les avons aimés, nous avons le droit d'être inconsolables, d'avoir voulu crier notre indignation et notre douleur, notre refus des guerres et des massacres dont chaque être vivant est un peu responsable quand, par un silence prudent, il donne raison à ceux qui admettent l'impunité des crimes contre l'humanité. »

Frédérique Amis et Sébastien Combat, arrière-petits-enfants de victime dévoilèrent alors, en ce 4 août 1994, la plaque commémorative où nous lisons ensemble.

« En ce lieu, au soir du 4 août 1944, 15 otages de Saint-Pol-de-Léon ont été sauvagement massacrés par l'armée allemande »

Le 9 août 1944, trois fosses sont mises à jour.

La première contient sept corps : Joseph Castel, Alain et Jean Tréguier, Paul Nicolas, François Fichot, Louis Jamet et Jean Lacut. La deuxième contient le corps d'Eugène Guillou.

La dernière, au fond du parc, contient les sept derniers corps : Marcel Saillour, Pierre Le Goff, Pierre Guilcher, Pierre Langlois, René Cueff, Sébastien et Germaine Combat.

Lors de cette exhumation, une poésie de Pierre Guilcher est retrouvée dans son carnet. Elle s'intitule, « jusqu'au bout » :

"Jeunes gens qui rêvez un brillant avenir
Une dernière étape attend votre constance
Souriez à l'effort et prenez conscience
Que le succès ne vient à qui ne sait finir
Une œuvre prend du prix

En autant qu'on rachève "


Comité d 'Entente des Associations Patriotiques de Morlaix Allocution du 4 août 2020-07-30

Stèle des Saints Politains


Mesdames, Messieurs,

C'est toujours avec la même émotion que nous nous retrouvons réunis en ce lieu symbolique, qui, le 4 août 1944, vit la fin brutale de 15 otages Saint Politains.

Je désire tout d'abord remercier les autorités et personnalités présentes d'avoir, cette année encore, bien voulu nous faire l'honneur et l'amitié de leur présence.

La Stèle de Penlan rappelle, qu'ici même, 15 otages, dont un gamin de 17 ans, Alexander Merrer, ont été impitoyablement massacrés. Ces hommes, disparus seulement quelques jours avant la débâcle de leurs bourreaux, ont pu imaginer le vent de liberté qui allait souffler sur la France.

Il nous appartient désormais d'entretenir leur mémoire mais notre devoir ne s'arrête pas là. Il nous faut surtout y associer les jeunes générations qui n'ont pas connu la guerre.

Nous pouvons nous réjouir que le souvenir se perpétue, avec la même force, depuis la toute première commémoration et rendre hommage à l'Association pour la Mémoire des évènements de l'été 1944.


Permettez moi de reprendre les mots de Louis Guilcher, premier témoin de la tragédie,

« Tous ceux qui, courageusement, ont donné leur vie pour sauver la Patrie, en ce lieu sacré de mémoire dont nul ne doit troubler la majesté, tous ont le droit qu'ici la foule vienne, qu'elle se recueille et qu'elle prie. »

Michèle Quéau